THAU EN MEDITERRANEE

Couple

Entre amis

Solo

Oenologique

Culturel

Gastronomique

Historique

Religieux

Naturel

Au bord de l’eau

Routier

SETE

128km

A VOTRE GUISE, A VOTRE RYTHME :
La Route des Vins Thau en Méditerranée est une route gourmande, des saveurs, de délices. Elle vous donne à vivre un côté mer, un côté terre. Elle est à conjuguer à votre goût, à votre guise, en toute liberté ! Un jour, deux, trois, et pourquoi pas, une semaine… Elle est modulable à l’infini !
Il ne vous reste qu’à vagabonder d’un centre d’intérêt majeur à l’autre ! Musée par ici, panorama par-là, ou encore, rencontre avec un vigneron.
Alors, prêt pour construire votre « avinture » !
Vous entrez dans le pays des saveurs marines et du bien manger dans une destination faite de vignobles et de produits de la mer. Alors, rien de mieux que commencer votre itinérance par le temple des gourmets !

Les étapes du circuit

  • 1 De Sète à Frontignan et les Aresquiers
    Aux Halles de Sète, vous n’allez plus savoir quoi goûter ! Faites connaissance avec la Tielle de Sète ! Ramenée par les italiens de Gaeta, dans les années 30, elle a été adaptée à la « mode sétoise » : il s’agit d’une tourte garnie de poulpe épicée. C’était le déjeuner des pêcheurs du quartier Haut. Les familles ont hérité de ce savoir-faire et le perpétuent. Un régal à accompagner d’un Picpoul de Pinet ou d’un Côte de Thau ! A découvrir également, les loups, daurades, moules, huîtres, poissons frais, légumes. Le must ! Faire une pause déjeuner sur place. S’il y a un endroit à fréquenter, c’est celui-là ! « Les Halles ». C’est le rendez-vous des saveurs locales pour découvrir l’ambiance sétoise et l’accent si particulier de la ville ! Ville portuaire, elle a joué un rôle prépondérant sur le développement des vignobles. Le rôle des ports de Sète, créé en 1666 et de Marseillan, est renforcé par l’achèvement du Canal du Midi, inauguré en 1681. Le port de Sète a son histoire, celle de la grande période des négociants. Sa vocation maritime s’affirme dès sa naissance au XVIIe siècle. Direction le Musée de la Mer pour tout savoir sur les bateaux citernes, les grandes maisons de négociants. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, c’est la tonnellerie qui fera la richesse des ports de Mèze et de Marseillan. Sachez que Sète a pour surnom : la « Venise du Languedoc », c’est lié aux nombreux canaux qui la traversent. Alors flânez à travers la ville, grimpez au Mont Saint Clair pour le panorama, déambulez à la pointe courte et au quartier Haut. Sète vous inspirera ! Comme elle a inspiré hier, Paul Valéry, Agnès Varda, Jean Vilar, Georges Brassens. Et plus, récemment, Soulages, Combas en passant par les frères Di Rosa…Visitez les lieux où se fabriquent l’art, les galeries d’art, le street-art, 16 festivals programmés chaque année… Vous avez dit culture ? L’art est ici partout !
  • 2 De Frontignan et les Aresquiers à Le Massif de la Gardiole
    A quelques pas de là, Frontignan. Cette terre fertile battue par les vents, épargnée par les précipitations, est un berceau d’un or particulier à l’arôme unique : le muscat. C’est ici, que vous découvrirez l’histoire de ce vin doux naturel ou vin sec de cépage, issu de muscats à petits grains. Comment ? En rencontrant les vignerons de cette ancienne AOC, en suivant les manifestations : Festiv’Halles du Muscat et des Vins de Frontignan, Total Festum. Ou encore, en enfourchant son vélo, en partant en randonnée, des sentiers sont créés pour vous. A l’écart des flux touristiques, on fonce à proximité, au bois des Aresquiers, admirer flamants, sarcelles… Cette zone forestière borde les anciens salins de Frontignan, entre l’étang d’Ingril et le massif de la Gardiole. Ces 230 hectares d’anciens salins acquis par le conservatoire du littoral, sont des espaces protégés, classés Natura 2000 (réseau européen de sites écologiques). Autrefois entièrement dédié à la production du sel, le site offre un espace d’une grande richesse patrimoniale constitué de zones humides douces ou salées. Les canaux et anciennes tables salantes témoignent encore des trois siècles d’exploitation qui, jusqu’en 1968, ont façonné ce paysage exceptionnel. Observez la faune du marais, car les anciens salins et les étangs sont aujourd’hui un lieu de prédilection pour une centaine d’espèces d’oiseaux : flamants roses, échasses blanches, canards, sternes et autres limicoles. Ils y trouvent tour à tour un lieu d’hivernage, de reproduction et de halte migratoire. Bon à savoir : le circuit balisé autour des « étangs et salins », à emprunter à pied ou à vélo. Une boucle de 15 km sur terrain plat autour de l’étang d’Ingril s’ouvre sur les paysages de la lagune, des anciens salins et du bois des Aresquiers. Les platelages en bois qui traversent la lagune assurent au visiteur une immersion complète au milieu de la faune et de la flore des salins. Un espace naturel préservé.
  • 3 De Le Massif de la Gardiole à Balaruc-les-Bains
    Splendide ! Nous voilà au-dessus de la Méditerranée. On prend de la hauteur, on hume l’air de la mer, on respire ! 5000 hectares offrent un écrin protégé au vignoble. Et dans cette garrigue, les siècles d’histoire ont laissé une empreinte : l’Abbaye de St Félix de Montceau. Visite intéressante que celle des vestiges de l’abbaye du XIe siècle, perchée sur le massif de la Gardiole. C’est un petit trésor historique, offrant une superbe vue, dressé au cœur d’un espace de verdure aux senteurs de pins, de lavandes, de thym et de romarins, surplombant la plaine et le bassin de Thau. Abandonnée au XVIe siècle en raison des pillages des routiers (compagnies de mercenaires privées d’employeurs à la fin de la guerre de 100 ans et qui écumaient les routes) ainsi que de la baisse des vocations religieuses, l’abbaye se transforma en prison (enfermerie où l’on détenait les religieuses coupables de faute) puis en pierrier où les habitants venaient récupérer les matériaux de construction. C’est aussi un point de départ pour les randonnées qui parcourent le massif. Arrêtez-vous pour admirer les « capitelles », murs de pierres sèches, fours à chaux, chemins empierrés tous témoins d’une activité agricole ancestrale dont les savoir-faire se sont perpétués.
  • 4 De Balaruc-les-Bains à Bouzigues
    A Balaruc-les-Bains, station thermale de renom, venez-vous initier à l’archéologie botanique des mondes grec et gallo-romain. Sur 1,7 ha dominant la lagune de Thau, le Jardin Antique Méditerranéen est à la fois vitrine des essences méditerranéennes et un musée des techniques de plantations antiques. Classé « jardin remarquable », il constitue un équipement unique en France et sur le bassin méditerranéen. Sept créations originales permettent de découvrir les fonctions du jardin : nourricier avec la présence de la vigne, ou vivrier, médicinal, aromatique, mythologique, funéraire, ornemental… A proximité, l’eau thermale de Balaruc-les-Bains réputée depuis l’antiquité pour ses vertus thérapeutiques, devient source de bien-être, de détente et de plaisir au Spa Thermal O’Balia. L’idéal pour reconstruire votre dialogue corps/esprit : grand bassin hydromassant, bain bouillant japonais, caldarium et un sauna, et possibilités de soins. Le bien-être assuré !
  • 5 De Bouzigues à Loupian
    Autre centre d’intérêt majeur, à Bouzigues, le Musée Ethnographique de l’Etang de Thau vous donnera toutes les explications de l’histoire et des techniques de production et vous plongerez dans des scénographies mettant en valeur la tradition conchylicole et le métier de pêcheur !La lagune d’un côté et un ruban de cafés, bars, restaurants de l’autre… une vraie invitation à lézarder au soleil, en terrasses avec dégustation de coquillages et vins blancs… car Bouzigues, c’est le centre de la production d’huîtres et de moules depuis l’Antiquité. Il y a 2000 ans, les premiers pêcheurs vivaient dans des grottes troglodytes le long du rivage. Puis, on arrive à Mèze, fondée par les phocéens au VIe siècle avant JC ; aujourd’hui, place forte de la conchyliculture et de l’ostréiculture. En longeant le sentier qui longe l’étang, on flâne le long du port. Véritable « mer intérieure », la lagune de Thau constitue le cœur de la destination. On l’appelle « le jardin de la mer » ! Conchyliculture, pêche et vigne ont jeté ici les bases d’une personnalité singulière où se déclinent en douceur, escales gourmandes et charme des ports. Huîtres, moules, palourdes, oursins, daurades, couteaux… s’accordent naturellement aux vins de son terroir : Côtes de Thau, ou Picpoul de Pinet, une AOC d’un blanc de légende… La balade se fait entre ciel et mer ! Peut-être le savez-vous ? La lagune de Thau est un milieu naturel marin sans équivalent en Europe. Elle offre sur 7500 hectares, une exceptionnelle biodiversité. C’est le plus grand étang du Languedoc, un singulier paysage quadrillé par les parcs à huîtres, petits jardins suspendus à fleur d’eau. Envie de photographier ? C’est ici et maintenant !
  • 6 De Loupian à L’abbaye de Valmagne
    Pour vivre au temps des gallo-romains. Près de la « Via Domitia », le musée de la Villa Loupian, dite « des Près-bas » et son site archéologique abritent un important patrimoine de mosaïques et de vestiges provenant d’une riche villa gallo-romaine découverte dans les années 60. Ce musée est l’un de très rares exemples français de conservation et de présentation in situ. Trente années d’études et de fouilles menées ont permis de connaître les différentes étapes d’une durée d’occupation du site particulièrement importante (du 1er siècle au Ve siècle). 26 siècles d’histoire ont façonné le territoire sur lequel s’est développé Thau en Méditerranée. La culture de la vigne importé par les grecs dès 6000 av JC s’est développée au cours des siècles favorisée par la création de cités comme Agde ou Mèze. Les Romains ont pérennisé la viticulture et ici à Loupian, on trouve avec un chai de jarres, une unité de fabrication d’amphores, des mosaïques magnifiques. Le site est parfaitement représentatif de ces grandes « villae » (domaines agricoles) qui couvraient les campagnes de l’empire romain.
  • 7 De L’abbaye de Valmagne à Montagnac
    Le joyau du Languedoc ! A Villeveyrac, cette abbaye cistercienne fondée en 1139 est privée et classée comme Monument Historique. Elle est surnommée la Cathédrale des Vignes… Une visite incontournable ! Top départ pour un voyage médiéval, jusqu’à la table de l’auberge. Ici, on fait la part belle au potager : ateliers culinaires ludiques autour des plantes sauvages, fleurs comestibles et légumes oubliés. Vos papilles sont dans tous les sens ? Un peu de patrimoine pour se poser. L’ensemble de ses bâtiments est superbe, de l’église à la décoration épurée et ses immenses foudres en bois au cloître et sa fontaine. On comprend toute l’importance de la culture de la vigne directement liée à la vie de cette abbaye depuis toujours. Si vous avez la chance d’être là pendant le festival de musique classique et jazz en août, demandez le programme, c’est le moment de vivre une expérience inoubliable !
  • 8 De Montagnac à Pézenas
    L’espace De vins en Découvertes est une visite incontournable au cœur du Bureau d’Information Touristique de Montagnac. Cette exposition permanente de l’antiquité à nos jours est divisée en six séquences. Elle raconte l’évolution des techniques de production, la constitution et l’organisation des domaines, les crises et les périodes d’expansion, l’architecture… Grâce à une grande carte interactive, on déambule à travers le patrimoine viticole (châteaux, caves coopératives, appellations…) dans une approche chronologique et géographique. Cela serait incomplet si on n’y découvrait pas aussi les richesses patrimoniales du territoire via une borne oenotouristique. Pour connaître les bonnes adresses du secteur, c’est ici. Il est probable, que l’on vous conseille une oenorando® comme le parcours d’Art et Nature. N’hésitez pas une seconde ! L’art s’invite dans les vignes sur 17 km, vous cheminerez (demandez à être accompagnés par Nadine, vigneronne) en admirant des statues monumentales. De l’explication des origines du Picpoul de Pinet à la découverte des statues sculptées, c’est l’émerveillement ! Et on finit par la petite dégustation. Bien sympa tout ça !
  • 9 De Pézenas à Agde
    C’est une visite de charme et de culture qui nous attend. Pézenas, cité de Molière et de Boby Lapointe mais surtout, ville d’architecture du XVIIe siècle. Ici, les pierres « Se Parlan » comme on dit en occitan. Petit conseil : si vous souhaitez découvrir Pézenas, prévoyez vos visites au Musée de Vulliod-Saint-Germain, au théâtre historique ou encore à la Maison des Métiers d’Art. Ici, l’esprit méridional est vivant et les échoppes d’artisanat foisonnent sans être « un piège à touristes ». Autre suggestion (que vous ne trouverez pas ailleurs), celle d’arpenter sans modération la route des antiquaires. Vous allez aimer aussi découvrir ces « métiers nobles » qui en font un pays authentique ! Prenez le temps de regarder travailler un potier, un ferronnier, vous y apprendrez beaucoup. Un festival les met à l’honneur « la Mirondelà des Arts ». La découverte du cœur historique de cette ancienne ville de foires, lieu de séjour de Molière et son illustre Théâtre, est un enchantement, un retour dans l’histoire. Son centre historique garde tout le charme des demeures bourgeoises de la fin du XVIe siècle et un dédale de ruelles pavées sert d’écrin à la Maison Consulaire, ancien siège du pouvoir municipal, qui abrite aujourd’hui la Maison des Métiers d’Art. Là se tenaient, jusqu’au milieu du XVIIe, les sessions des Etats du Languedoc. A Pézenas, première ville de l’Hérault classée en Secteur Sauvegardé depuis 1965, les visites d’art et d’histoire permettent de découvrir des Métiers d’Art, aujourd’hui oubliés.
  • 10 De Agde à Le Belvédère de la Criée d’Agde
    En chemin, nous vous proposons un arrêt à Florensac pour découvrir les vins au caveau de Vinipolis. Un pôle oenotouristique qui doit ses origines à la coopération et à l’histoire de la viticulture, l’animation y est présente avec des ateliers de dégustations, des bornes interactives. N’hésitez pas ! On y revendique l’esprit gastro-bistrot. Tout ce que l’on aime ! Et maintenant visite d’Agathé Tyché « bonne fortune » pour les grecs, et Agde « perle noire » de la Méditerranée pour nous ! Elle doit aux coulées basaltiques la couleur de ses monuments et le sable noir de ses plages. Musée Agathois, hôtels particuliers de style renaissance… Agde a des airs familiers et insolites à la fois. Nous voilà au Château Laurens ! Son histoire est trop « rocambolesque » pour vous la taire. La demeure est propriété municipale, l’ouverture est prévue courant 2022. Emmanuel Laurens, hérité d’un lointain cousin. Il entreprit la construction de cette luxueuse « demeure » un palais singulier à la croisée entre style d’art nouveau et récit de ces voyages en Orient. Elle devint le « Château » pour les agathois. La façade principale combine colonnade dorique, décor peint d’inspiration Egyptienne. Sur le côté, une salle de musique atteste des goûts du propriétaire pour les arts. Débauche de fresques dans les salons, la salle de bains, ainsi que de céramiques, de vitraux, de meubles art nouveau. Il mourut ruiné en 1959, laissant le château, qui fût durant la seconde guerre, investi par l’armée allemande. Un château qui a beaucoup à nous conter donc !Pour continuer la visite et bien comprendre l’Histoire du pays d’Agde, je vous recommande le Musée Agathois Jules Baudou. Situé dans un des beaux hôtels particuliers du XVIIe siècle d’Agde, l’Hôtel de la Charité, il retrace la vie d’Agde du XVIIIe siècle à nos jours. Un voyage à travers les siècles qui permet de découvrir la vie quotidienne d’antan, le folklore, les activités maritimes et viticoles de la ville. L’art y est aussi présent à travers les peintures des Frères Azéma, peintres de talent d’origine agathoise.
  • 11 De Le Belvédère de la Criée d’Agde à Les falaises volcaniques du Cap d’Agde
    Une belle découverte en famille pour ceux qui veulent tout savoir sur une journée type à bord du chalutier, connaître l’activité du pêcheur, les différents bateaux, les réglementations ou les différentes techniques de pêche. C’est le programme de la visite guidée de 10h00, à celle de 15h00, vous assisterez à une vente en direct des produits de la mer. Le spectacle vaut le coup !Mas de la Clape au Cap d’Agde : nous voici arrivés au Musée de l’Ephèbe et d’archéologie sous-marine. Il est temps de plonger dans le récit de la mer, d’observer les trésors qu’elle livre : fouilles et plongées successives permettent de voir une collection sur plus de trois siècles d’amphores, ancres, objets divers, dont l’Ephèbe ! Statue de bronze devenue statue emblématique de la ville. Amphores viniculaires qui servaient au transport du vin et qui content si bien la civilisation Méditerranéenne et 27 siècles de viticulture. Tout a débuté par les marins phocéens, qui installent un comptoir maritime à Agde : « Agathé Tyché ». Et côté vins, il faut noter le rôle considérable joué par le Canal du Midi dans le transport du vin et le développement économique de la région.
  • 12 De Les falaises volcaniques du Cap d’Agde à La réserve naturelle Nationale du Bagnas
    Du sommet du Mont Saint-Loup, ancien volcan à l’origine du site, on profite du point de vue sur la station balnéaire et le port, on embrasse du regard falaises et anse de la Grande Conque, l’îlot de Brescou et son fort du XVIIe siècle. Non, vous n’êtes pas en Bretagne mais bien devant les falaises volcaniques à la plage de la Grande Conque ! Par la rive gauche, on poursuit jusqu’au Grau d’Agde pour son port de pêche et la criée aux poissons. A voir sur la rive droite, la Tamarissière et le Belvedère de la Criée du Grau d’Agde.
  • 13 De La réserve naturelle Nationale du Bagnas à Marseillan et son port authentique
    En raison des forts enjeux liés à la préservation des espèces animales et végétales et au maintien de l’intégrité des milieux naturels du site, l’accès à la réserve est interdit en dehors des visites guidées. Il est toutefois possible d’emprunter certains chemins qui traversent la réserve : la route de Maraval et la berge sud du Canal du Midi. Ces chemins passent sur le site et ne sont donc accessibles qu’aux piétons et cyclistes. Une première approche du site est également possible depuis l’aire d’observation de l’étang, sur le bord de la route entre Marseillan plage et Marseillan ville. Ce lieu, accessible en voiture, permet d’avoir un aperçu de la réserve et de faire quelques observations d’oiseaux. D’autres chemins en dehors de la réserve sont également accessibles librement avec un chien : le Mont Saint Loup, célèbre volcan agathois et le bord de la lagune de Thau, au niveau du Phare des Onglous, où vous pourrez facilement voir des oiseaux.
  • 14 Marseillan et son port authentique
    Ici, le Canal du Midi achève paisiblement sa course dans la lagune de Thau, à la pointe des Onglous. On flâne sur les quais bordés d’entrepôts, on admire les belles demeures… et on visite le plus célèbre des vermouths aux techniques inchangées depuis 1813 : la maison de Noilly Prat. On part aussi en bateau de pêche réaménagé pour une visite de l’étang en compagnie d’une pêcheuse aux petits métiers de l’étang, qui va vous faire découvrir son métier et les spécificités de la lagune. Un beau programme !

Aidez-nous à mieux vous guider

Signaler une erreur sur cette fiche

Le circuit en pratique

Labels :
Vignobles et Découvertes

J’y vais !

Comment
venir ?

Votre itinéraire avec Rome to Rio

À proximité

Idée balade

PALAVAS LES FLOTS DANS LA BONNE HUMEUR

PALAVAS-LES-FLOTS

Niveau de difficulté :

Idée balade

PAYSAGES DES ETANGS MONTPELLIERAINS

MONTPELLIER

Niveau de difficulté :

Idée balade

ENTRE MER ET ETANGS

SERIGNAN